CHAPITRE VIII
Séjour prolongé en D2 – Les années De Prins : 1998-2001.



Avec l’intermède Gaëtan Piret, qui semblait avoir été là pour préparer le départ de la CIB, se terminaient les années de présence, souvent tumultueuse, de cette société dans notre club. Quel bilan pouvait-on en tirer? Le RWDM n’était pas dans un meilleur état que lors de leur arrivée et la construction de la nouvelle tribune, qui dépassait de loin les réels besoins d’un club comme le nôtre, était un échec. Les nombreuses luttes intestines et les disputes nous causèrent énormément de tort. Lors de son départ, la CIB arriva tout de même à conclure un accord avec la commune de Molenbeek-St-Jean pour la reprise de la tribune. Pour 30 millions de francs, elle redevenait propriétaire de la totalité des installations. Ces 30 millions furent réinjectés dans le club et lui permirent de quelque peu se soulager. Le nouveau président était Eric De Prins, qui était à la tête du comité des jeunes. Businessman à la tête de plusieurs sociétés importatrices de sable, De Prins se présenta comme le « Président du renouveau ». Il sera au contraire celui qui présidera à la mort du club…Trop pris par ses activités professionnelles, il délèguera énormément. Dans un premier temps à Herman Van Holsbeeck et, après le départ de celui-ci, à d’autres personnages moins scrupuleux.















Eric De Prins, l’auto-proclamé « président du renouveau ». Il sera au contraire celui de notre enterrement. Chacun en pense ce qu’il en veut…